L'élimination de la toison pubienne a écrit sa propre histoire depuis très longtemps. L'épilation pubienne remonte à l'antiquité.

Le Brésilien, le sphinx, le cœur, la piste d'atterrissage, la coupe Playboy, la moustache,… ce ne sont que quelques exemples des tendances les plus à la mode dans les salons de coiffure pubiens du vingt et unième siècle. Nous devrons hélas décevoir les femmes parmi vous qui pensent être la figure de proue de la femme moderne parce qu'elles rasent leurs poils pubiens.

L'élimination de la toison pubienne remonterait aux Egyptiens.

Les femmes égyptiennes n'étaient pas très heureuses de ses toisons et en éliminaient la moindre trace à l'aide d'une "cire", un mélange poisseux de miel et d'huile.

Ce "voile de la nature" était aussi un obstacle indésirable pour les Grecs de l'Antiquité. L'épilation était la règle sous la devise que ce qui est caché peut être vu.

Trois méthodes étaient utilisées à cet effet: l'extraction des poils, un par un, le brûlage de la toison à l'aide d'une bougie ou le brûlage des poils au moyen de cendre… brrr, à vous de choisir, mesdames. Les romains auraient également été d'ardents défenseurs de l'épilation.

Tout comme les Grecques, les Romaines reconnaissaient l'extraction des poils comme étant une technique efficace, mais elles utilisaient à cet effet un instrument spécial, la "volsella", à savoir la pincette actuelle.

Elles appliquaient en outre des crèmes dépilatoires ou une forme de cire à base de poix ou de résine. Pour les femmes turques du seizième siècle, le fait de laisser pousser la toison pubienne était paraît-il considéré comme un péché. Les bains publics comptaient dès lors des salles spéciales pour l'épilation de la région pubienne.

A l'époque victorienne, la toison pubienne était déjà un tabou en soi, à plus forte raison son épilation.

Ce n'est qu'après la libération sexuelle des années soixante que l'épilation est à nouveau devenue un phénomène de mode. Au cours des années septante, les années du féminisme, le triangle naturel a été rétabli dans toute sa gloire et la rectification de la toison est redevenue un "faux pas".

Cette tendance a pourtant connu un nouvel essor à la fin du vingtième siècle, sous l'influence de la nouvelle mode en matière de tenues de plage.

Peu à peu, la ligne de base du maillot est remontée afin de créer l'illusion d'avoir de plus longues jambes. Cette évolution faisait apparaître de-ci de-là quelques poils pubiens audacieux, un phénomène évidemment considéré comme étant indésirable.

Ces "ornements" ont donc été éliminés afin de masquer ce qui se cachait effectivement sous ce bout de tissu.

Cette évolution a donné le signal de départ d'une réduction toujours plus prononcée de la toison pubienne, jusqu'à ce que… il n'en subsiste rien, tout comme c'était le cas pour les Egyptiennes, les Romaines et les Grecques de l'Antiquité… et c'est ce que nous appelons un phénomène nouveau, moderne, "in" et parfaitement adapté à la mode d'aujourd'hui.

Extrait de: Desmond Morris, La femme nue. Une étude du corps féminin